Un mois d'immersion dans le 7ème art

J'ai effectué un stage à Studio Ciné Live durant tout le mois de décembre 2010. Cela m'a permis de découvrir le fonctionnement d'une rédaction type dans ce domaine à travers les divers postes comme les maquettistes, les critiques, les monteurs photos, les conférences de rédaction, le choix des articles, des couvertures, la difficulté face à la concurrence (comme Première ) , face au temps également !

En étant là bas je me suis dit qu'il n'y avait aucun doute et que j'étais faite pour ce métier et pour rien d’autre, que ce soit dans le cinéma ou dans un autre domaine car au fond le but reste le même : informer, instruire le plus grand nombre. J'ai participé au Studio Ciné Live 22,23 : dans le numéro 22, j'étais en charge du top 10 2010 des lecteurs, dans le numéro 23, j'ai contribué au forum des lecteurs en faisant une critique sur un film avec Jean Paul Rouve intitulé Poupoupidou.

J'ai touché un peu à tout : j'ai recherché des photos et des films pour les critiques, des chiffres au box office, j'ai du envoyer des numéros hors séries aux attachés de presse, des invitations aux lecteurs pour voir des avants premières, j'ai assisté à des projections et en rentrant je devais faire la critique de chaque film que j'avais vu. Je me faisais ainsi corriger par  les rédacteurs ou les critiques et une a beaucoup plu, d'où la publication dans le numéro 23 de ma critique sur le film Poupoupidou. j'ai aussi participé à la rencontre face aux lecteurs : j'ai pu ainsi voir et interviewer Dany Boon au Park Hyatt pour son film " Rien à déclarer".

J'ai aussi actualisé la vidéothèque, j'ai complété le sommaire des sommaires qui est une sorte de répertoire ou sont classés les acteurs, les réalisateurs, les films, les festivals, les hors séries et dossiers  par ordre alphabétique avec le numéro du magazine qui s'y réfère ce qui fait gagner un temps précieux à la rédaction si elle a besoin de replonger dans un de ses anciens numéros pour retrouver un sujet. J'en garde un merveilleux souvenir et j'espère y retourner à l'occasion.

Anaïs Le Baron

Revenir